Étiquette : fac de droit

Comment maintenir un rythme de vie pendant ses études ?

Comment maintenir un rythme de vie pendant ses études ?

Face à toute la masse de travail dont on doit s’acquitter pendant nos années d’études, on peut vite se sentir dépassé par les évènements. Voici quelques conseils pour voir le bout du tunnel !

Pourquoi ficher son cours n’est pas systématiquement la bonne solution pour l’apprendre ?

Pourquoi ficher son cours n’est pas systématiquement la bonne solution pour l’apprendre ?

Tout le monde à la fac fiche ses cours mais cette méthode de travail n’est pas faite pour vous ? Pas de panique, c’est normal, et voici pourquoi!

Comment rester motivé quand on a ses cours à distance ?

Comment rester motivé quand on a ses cours à distance ?


 

COMMENT RESTER MOTIVÉ QUAND ON A SES COURS À DISTANCE ?

 

La crise sanitaire a bouleversé notre quotidien en tant qu’être humain, mais également en tant qu’étudiant. On n’a plus à aller en amphithéâtre, la révision des cours et l’élaboration des TD ne peuvent plus se faire à la BU, on n’a plus besoin de se préparer le matin pour aller en cours… Bref, notre rythme est perturbé, ce qui impacte nécessairement notre motivation face aux études.

Avec le confinement, les étudiants étaient totalement cloîtrés chez eux, parfois sans accès à Internet, et ne bénéficiaient donc pas d’un accès à diverses sources extérieures pour pouvoir travailler correctement.

Aujourd’hui, la majorité des Universités françaises a décidé de répartir les étudiants en groupes, et d’opérer par roulements (présentiel/distanciel) entre les différents groupes. 

L’objectif cette année sera donc de garder notre motivation tout le long de l’année, malgré ces fameux cours à distances. 

Garder le même emploi du temps

Souvent plus facile à dire qu’à faire, si l’on a un cours de 8h à 10h, il va tout de même falloir se lever comme à l’habitude : vers 7h du matin.

Déjeunez, prenez votre café, et mettez-vous devant votre bureau. Si les cours sont dispensés en visio (YouTube, Zoom, Twitch, etc.), suivez tout de même le cours, ça vous évitera d’avoir des CM à rattraper et d’accumuler du retard dans vos révisions ! 

Idem si votre enseignant a envoyé des polycopiés du cours. Admettons qu’une heure de cours équivaille à 5 pages de cours : en deux heures de cours, vous aurez 10 pages à réviser, donc foncez !

N’attendez pas d’avoir les cours en présentiel pour suivre le cours, la régularité est la clé de la réussite !

Se servir des outils mis à notre disposition

La BU ne sera peut-être pas ouverte, ou alors restreinte à un nombre précis d’étudiants… Ou vous aurez tout simplement la flemme d’aller à la BU. 

PAS DE PROBLÈME : votre Université a certainement dû mettre en place les outils nécessaires pour vous permettre d’avoir de bonnes conditions de travail.

Le site de votre faculté a certainement dû mettre en place un environnement numérique de travail, faisant en sorte que vous ayez accès à une plateforme regroupant de nombreux sites Internet juridiques de façon illimitée et gratuite.

 

Vous y trouverez toute la documentation juridique nécessaire.

Par exemple, dans la Bibliothèque numérique Dalloz, sont disponibles non seulement l’intégralité des Codes, mais aussi des dictionnaires et autres ouvrages universitaires. Sur des sites tels que Lexinexis, Lexbase, Lamyline, Dalloz, vous trouverez de la doctrine et de la jurisprudence. Enfin, pour des recherches de jurisprudences, orientez-vous vers le site Legifrance.

 

Pour compléter votre cours, vous devez normalement avoir accès au site de l’UNJF grâce à vos identifiants étudiant, qui recense les cours de différentes matières. Si vous avez loupé une partie de votre cours, ou bien avez du mal à comprendre telle ou telle notion, l’UNJF est une bonne alternative et un très bon allié dans les révisions !

L'entraide étudiante

L’entraide est une notion phare qui devrait être inscrite en grand sur un panneau devant chacune des facultés de droit de France, tellement elle est importante.

Via les réseaux sociaux, il est facile aujourd’hui d’entrer en contact avec des amis et autres camarades de promo. 

Si vous avez une hésitation sur une partie du cours par exemple, même après diverses recherches, n’hésitez pas ! Envoyez un message à un ami qui vous expliquera le cours avec ses propres mots.

Cette entraide a beaucoup de bénéfices, visibles indirectement : 

  • Expliquer le cours à quelqu’un d’autre permet de voir si l’on connait réellement le cours. Pour pouvoir transmettre des données à quelqu’un d’autre, il faut non seulement comprendre le sujet, le connaitre et le maîtriser !
  • Expliquer le cours à quelqu’un d’autre permet donc, a contrario, de connaitre les lacunes que l’on peut avoir face à un sujet.
  • Expliquer le cours à quelqu’un d’autre permet de nous entrainer à construire un argumentaire, ce qui sera bénéfique pour dans la vie de tous les jours mais aussi pour les partiels/concours.
  • Se faire expliquer le cours par plusieurs personnes permet d’analyser les différentes façons d’amener le sujet, de le présenter et de l’expliquer.

Oxygéner notre cerveau

Rester assis toute la journée, sans forcément sortir de chez soi, c’est un coup à devenir fou. Or, l’oxygénation du cerveau permet une meilleure assimilation des données.

L’idéal serait donc de sortir de chez soi lors d’une pause entre deux révisions, de faire une séance de sport ou d’aller boire un verre avec ses amis ! 

 

Cette pause sera bénéfique pour vous, puisque vous allez faire autre chose que réviser, mais aussi pour votre mémoire. En effet, notre mémoire apprécie fortement le spacing effect. 

Qu’est-ce que c’est ? J’en parle dans le livre Réussir ses études de droit – Le guide de l’étudiant, il s’agit de l’effet de l’espacement qui se créé entre les phases d’assimilation de données, espacées par des césures temporelles. 

L’effet de cet espacement permettra à terme une meilleure mémorisation des données dans le temps, ce qui est un objectif quand on va à la fac : enrichir nos connaissances !

EST-CE QU’UN REDOUBLEMENT EST FORCÉMENT NÉGATIF ?

EST-CE QU’UN REDOUBLEMENT EST FORCÉMENT NÉGATIF ?

On vous a présenté le redoublement d’une année universitaire comme étant quelque chose de négatif ? Nous allons vous prouver le contraire !

COMMENT FINANCER SES ÉTUDES ?

COMMENT FINANCER SES ÉTUDES ?

Vous avez envie de continuer vos études dans le supérieur ? Vous ne savez pas comment les financer ? On a des solutions !

QUEL ORDINATEUR ACHETER POUR LA FAC DE DROIT ET COMMENT LE FINANCER ?

QUEL ORDINATEUR ACHETER POUR LA FAC DE DROIT ET COMMENT LE FINANCER ?


QUEL ORDINATEUR ACHETER POUR LA FAC DE DROIT ET COMMENT LE FINANCER ?

 

Quand on arrive sur les bancs de la fac de droit, on peut constater une chose : Apple a pris possession des étudiants en droit. La grande majorité possède un Macbook. Sauf que tout le monde n’a pas un SMIC à mettre dans un ordinateur portable, ou préfère tout simplement ne pas prendre de produit Apple.

Voyons ensemble les solutions qui s’offrent à nous, étudiants en droit.

 

Quel ordinateur privilégier pour la fac de droit ?

Quand on regarde les starter pack d’un étudiant en droit, on peut voir : un trench, un Thermos de café, et un Mac ! Alors non, avoir un ordinateur de la marque Apple n’est pas une condition d’accès à l’université, même si ce modèle d’ordinateur est très répandu chez les étudiants-juristes.

En ce qui concerne le choix de l’ordinateur, il faut garder à l’esprit que l’on fait essentiellement du traitement de texte. L’idée n’est donc pas d’avoir un intel Core i7 avec quatre cœurs, mais plutôt d’avoir un ordinateur léger et compact, avec une autonomie de batterie d’environ 10 heures. S’il peut s’allumer rapidement, c’est un petit bonus qui sera largement appréciable lorsque l’on aura pris du retard dans les transports en communs ! 

Entre les cours, les séjours à la BU et les sessions de travail à la maison, l’ordinateur fera partie intégrante de votre quotidien, alors autant qu’il ne soit pas un poids (au sens propre comme au sens figuré du terme) pour vous ! C’est pour ces raisons que les Mac sont répandus sur les bancs de la fac (puis aussi pour l’appartenance sociale, mais ça c’est autre chose).

De nombreux comparatifs sont régulièrement faits sur Internet. Si l’on doit se concentrer sur les ordinateurs portables destinés au traitement de texte à un prix raisonnable, on peut trouver :  

  • Asus Chromebook Flip C434
  • Asus Chromebook C423NA
  • Dell Inspiron 13 7000 2-en-1
  • Acer Chromebook CB314-1H-C2TG
  • Acer Aspire 5

Bien entendu, les Macbook Air pointent toujours le bout de leur nez dans quasiment chacune des listes.

Les tablettes sont-elles plus utiles pour un étudiant ?

Au niveau des tablettes tactiles, plusieurs raisons font qu’elles sont également un outil apprécié par les étudiants : elles sont petites, malléables et multifonctions, et généralement avec une longue autonomie de batterie. 

Question tarifs, elles sont généralement au même niveau que les ordinateurs portables puisqu’il faudra dépenser plusieurs centaines d’euros pour avoir une tablette qui tienne la route, avec un clavier et/ou souris.

Comment financer mon ordinateur portable ?

Plusieurs solutions sont possibles en fonction de votre profil d’acheteur/étudiant.

Le reconditionné

Si vous n’avez rien contre les appareils reconditionnés, vous pouvez vous tourner vers des plateformes telles que backmarket.fr, ou, si vous êtes un fan de la marque à la pomme, l’enseigne s’est également mise aux appareils reconditionnés : https://www.apple.com/fr/shop/refurbished .

Les offres d'Apple

En restant dans le monde d’Apple, sachez qu’en tant qu’étudiant, on peut bénéficier de diverses remises sur les ordinateurs, tablettes, et leurs accessoires.

Avant de pouvoir bénéficier d’une telle offre, il faut avoir un compte UNiDAYS. Il faudra donc remplir un formulaire afin de certifier que l’on est bien étudiant, directement sur le site UNiDAYS ou bien via l’application UNiDAYS.

Ensuite, vous allez ici afin de bénéficier de l’offre étudiante. Pour la rentrée 2020, Apple a fait une offre interessante, consistant en une réduction de -20% sur l’appareil choisi + une paire d’AirPods !

Une troisième possibilité de financement est proposée par Apple : le paiement en plusieurs fois sans frais. Prenez garde tout de même, il n’est pas possible d’additionner une offre étudiante et le paiement en trois fois !

Les offres en magasin

Certains magasins font des offres pour la rentrée scolaire, faisant bénéficier d’un certain pourcentage de réduction sur une gamme de produits. Par exemple, la FNAC offre -10% sur une sélection d’ordinateurs portables.

La CAF

La CAF peut financer un prêt, sans intérêt, d’équipement informatique. Des catégories de bénéficiaires sont définies par l’organisme (percevoir des prestations familiales par exemple), et le montant maximum du prêt s’élève à 500€. Le remboursement pourra s’effectuer en 24 mensualités maximum. 

Plus d’informations

 

Egalement, le prêt équipement CAF permet d’obtenir un prêt, sans intérêt, d’un montant maximum de 800€. Un formulaire de demande doit être retourné à la CAF, maximum trois mois après l’obtention de l’imprimé. Le montant mensuel de remboursement sera fixé à 30€.

Le crédit bancaire

Si l’on est un étudiant entre 18 et 28 ans, on peut souscrire auprès de notre banque à un Crédit Micro Portable Étudiant (MIPE).

Selon la banque auprès de laquelle on se rapproche, le crédit peut osciller entre 1.000€ et 3.000€. La durée du crédit ne peut, en général, pas excéder 36 mois, ce qui peut au final revenir à acheter un ordinateur ou une tablette pour 1€/jour.

En revanche, comme il s’agit d’un prêt bancaire, il faudra se doter d’un garant. Les mensualités ne devant pas être élevée, la constitution d’une garantie est moins complexe !

Voici quelques banques qui proposent un tel crédit (ou offre similaire) : 

  • La Caisse d’épargne – MIPE : Sans frais de dossier, permet d’emprunter 1.000€ à 2.500€. Les remboursements devront s’opérer sur 36 mois maximum. Un remboursement anticipé est possible, total ou partiel, sans indemnité est possible.
  • Le crédit agricole – Mozaïc Micro :  Un prêt étudiant à un taux de 2,90% dont le remboursement peut être étalé jusqu’à 36 mois.
  • CIC – Prêt jeunePossibilité de contracter un crédit d’un montant maximum de 3.000€ pour une durée de 6 mois à 36 mois, sans frais de dossier, avec un taux d’intérêt de 2,50%.
  • La banque de la réunion – Crédit MIPECrédit sans frais de dossier, permettant d’emprunter 1.000€ à 2.500€ à condition d’être majeur et de poursuivre un cursus post-bac. Possibilité de remboursement sur 36 mois, avec un TAEG (taux annuel effectif global) de 4,90%.

La bourse au mérite

Si vous avez obtenu la mention Très bien au bac, vous pouvez avoir droit à une « prime » en tant que bon élève, de 900€ à 1800€ ! Cette somme peut largement prendre en compte l’achat de divers appareils électroniques ! 

Les aides régionales

Des dispositifs régionaux permettent d’avoir accès à une aide financière concernant l’équipement des étudiants, plus généralement des apprentis et des élèves du secondaire.

En fonction de la région dans laquelle vous avez élu résidence, les aides proposées ne seront pas les mêmes. Je vous invite donc à regarder sur cette carte afin de regarder les aides que votre région met en place.

La faculté

Certaines facultés mettent en place, pour les étudiants boursiers, une aide dans le financement d’un achat d’ordinateur portable ou de tablette. Regardez donc si votre université permet un tel dispositif, comme le font : 

Votre expérience

Et vous ? Quel a été l’élément déterminant dans le choix de votre appareil électronique (ordinateur portable/tablette) ? Votre expérience est précieuse !

La clause Molière et la commande publique : une controverse juridique ?

La clause Molière et la commande publique : une controverse juridique ?

Cet article permet de comprendre les différentes controverses juridiques autour d’une clause imposant l’usage du français dans les chantiers.

Quelles fournitures prévoir pour la fac de droit ?

Quelles fournitures prévoir pour la fac de droit ?

La rentrée approche à grands pas ! Voici une liste non-exhaustive des must have en droit !

Comment choisir son Université ?

Comment choisir son Université ?

 


 

COMMENT CHOISIR SON UNIVERSITÉ ?

 

Pour s’inscrire dans une fac de droit… Il faut déjà l’avoir trouvée !

 

D’un côté, on peut être du genre à ne pas être trop regardant sur l’Université dans laquelle on souhaite aller. On peut prendre la plus proche de chez nous, sans se poser de question existentielle.

D’un autre côté, il est possible que l’on soit plutôt la personne susceptible de passer des semaines entières à essayer de répondre à un dilemme : Est-ce que je vais dans une grande faculté, ou est-ce que je peux rester dans une faculté proche de ma campagne sans que ça ne puisse nuire à mon dossier universitaire ?

 

En fonction des considérations personnelles, il est vrai que certaines Universités peuvent être avancées comme proposant de “bons enseignements” (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 2 Panthéon-Assas, Lyon 3 Jean Moulin, Paris Descartes, Montpellier, Aix-Marseille, Bordeaux, etc.). Dit plus simplement : il s’agit des facs implantées dans les grandes villes. À croire que les petites villes ne savent pas dispenser des cours et transmettre un savoir…

En partant de ce postulat, un employeur ou un membre du jury dans une épreuve de concours peut très bien raisonner ainsi, faisant que votre cursus universitaire sera plus un poids à porter plutôt qu’un atout dans votre CV.

Mais rassurez-vous, tout le monde n’a pas la même opinion des “facs de province” (je déteste ce terme qui rappelle l’époque féodale) !

 

Pour l’avoir vécu, je pense sincèrement que si l’on n’arrive pas à faire un choix et qu’une faculté de proximité nous est plus accessible, s’inscrire dans une faculté d’une petite ville semble être la meilleure solution. Pourquoi ?

Le choix numérique

  Dans les “grandes facultés”

L’élément majeur est que dans les grandes Universités, les amphithéâtres sont bondés d’étudiants, qui, n’ayant plus de siège pour s’asseoir, doivent prendre les cours assis par terre dans les couloirs. Certes, l’élément numérique peut être un argument quelque peu anxiogène.

Au-delà, au regard du nombre d’étudiants présent sur un grand campus, la proximité avec le corps enseignant ne sera pas la même. Lors des cours magistraux, vous serez peut-être 1.000 étudiants à assister au cours, laissant que peu de place à la prise de parole pour poser une question à l’enseignant. De même, si vous souhaitez aller poser une question au prof’ à la fin du cours… Que nenni ! Des files d’attentes d’étudiants peuvent facilement se former devant la chaire de l’enseignant… Idem lors des travaux dirigés, les chargés de TD verront défiler des centaines d’étudiants au cours de la semaine, on peut donc comprendre qu’ils ne retiennent pas forcément l’ensemble des têtes qui passent devant eux, faisant que vous n’aurez peut-être pas la note d’oral escomptée…

Alors attention, le portrait des grandes facultés que je viens de dresser ci-dessus peut paraître totalement péjoratif, mais il ne l’est pas forcément ! Sont surtout ici recensés les points majeurs à connaître avant de s’inscrire dans une quelconque faculté. Chaque personne dispose de sa propre vision de vie, et des études ! 

En dehors des points abordés ci-dessus, commencer son cursus universitaire dans une grande fac vous permettra de vous mettre dans le bain dès le début, vous serez par exemple habitué au rythme de travail qui peut être légèrement plus soutenu que dans de petites facs, ou encore à une autonomie un peu plus poussée.

 

    Dans les “facs de province”

Dans les facs de petites villes, la question du nombre d’étudiants ne se pose pas. Tout au plus, vous serez 200 en première année de licence (ce nombre allant décroissant de jour en jour).

Niveau proximité avec le corps enseignant, on peut difficilement mieux faire ! Les cours magistraux étant dispensés à de petits groupes d’étudiants, il est facilement possible de poser des questions au professeur pendant le cours et/ou de poser des questions en fin de cours. Il en va de même pour les TD, où les chargés assureront de réels cours particuliers.

Au vu de cette fameuse proximité, je pense sincèrement que passer sa première année de droit, voire également la deuxième, est un atout considérable pour le dossier étudiant. 

Mais alors pourquoi, vu que ce ne sont “que des facs de province” ? Tout simplement parce que les enseignements de base, essentiels à la réussite de l’ensemble de vos années d’études, vous paraîtront peut-être plus limpides et abordables dans leur compréhension. Les introductions générales à différentes branches du droit ainsi que la méthodologie juridique seront certainement abordés sous différents angles, puisque la parole de l’étudiant entrera en compte lors de (presque) toutes les heures de cours. Dès lors, à travers différentes questions, l’ensemble de la promo’ abordera un œil différent vis-à-vis d’un sujet particulier.

En quoi cela aura-t-il un impact sur le dossier universitaire ? Tout simplement parce que, après avoir acquis des bases juridiques et méthodologiques solides, l’étudiant aura toujours à portée de mains les outils essentiels à la réussite d’un examen.

Rien ne vous empêche d’intégrer une “grande faculté” après la première et/ou deuxième année de licence ! Les amphithéâtres seront moins remplis et l’intégration d’une telle université vous facilitera peut-être l’entrée en Master après sélections.

Ainsi, vous aurez eu la chance d’être en petit comité lors de vos premiers semestres d’études supérieures, pour finir par exemple la licence dans une université plus “connue” au niveau national. Combo !

Le meilleur plan, est, je pense, de privilégier les antennes des facultés ! 

Le choix géographique

Lorsque l’on a passé des années entières dans la même ville et que l’on n’a pas envie de changement, il est parfois difficile de faire le choix de partir dans une autre ville, parfois plus grande que l’actuelle, pour faire ses études. D’autant plus quand on n’a pas envie de quitter ses proches tout de suite, ou si l’on a des responsabilités à assumer sur place.

Si vous êtes dans cet état d’esprit, je ne peux que vous conseiller de regarder les facultés les plus proches de chez vous, qui pourront par ailleurs se trouver être des facultés antennes. 

Au contraire, si vous souhaitez partir à la rencontre de nouvelles grandes villes, les années d’études seront l’occasion de changer de paysage !

Le choix géographique va souvent coïncider avec un autre choix : le choix économique.

Le choix économique

Trouver une Université proche du lieu où l’on vit déjà évitera non seulement un déménagement, mais aussi de payer un loyer (parfois plus élevé).

Si par exemple vous habitez dans un petit village, chez vos parents, dans une campagne qui ne connaît pas encore la fibre, même si vous contribuez aux courses ou au paiement des diverses factures de la maison, il sera difficile de rivaliser avec le prix des logements parisiens !

Choisir son Université devra donc être en adéquation avec le budget que vous souhaitez y consacrer, surtout lorsque l’on sait que l’on doit dépenser environ 7.000€ pour une année universitaire… ! Une fois encore, les facultés antennes se trouvant dans des petites villes, le coût de la vie sera moins élevé que dans les grandes villes. 

Pensez à vérifier si vous êtes éligibles aux bourses et/ou si vous avez accès aux logements étudiant cela pourra vous aider à financer vos années d’études !

Votre expérience

Et vous, quel a été l’élément déterminant dans votre choix de faculté ? Dites le nous en commentaire !