Comment choisir son Université ?

Comment choisir son Université ?

 


 

COMMENT CHOISIR SON UNIVERSITÉ ?

 

Pour s’inscrire dans une fac de droit… Il faut déjà l’avoir trouvée !

 

D’un côté, on peut être du genre à ne pas être trop regardant sur l’Université dans laquelle on souhaite aller. On peut prendre la plus proche de chez nous, sans se poser de question existentielle.

D’un autre côté, il est possible que l’on soit plutôt la personne susceptible de passer des semaines entières à essayer de répondre à un dilemme : Est-ce que je vais dans une grande faculté, ou est-ce que je peux rester dans une faculté proche de ma campagne sans que ça ne puisse nuire à mon dossier universitaire ?

 

En fonction des considérations personnelles, il est vrai que certaines Universités peuvent être avancées comme proposant de “bons enseignements” (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 2 Panthéon-Assas, Lyon 3 Jean Moulin, Paris Descartes, Montpellier, Aix-Marseille, Bordeaux, etc.). Dit plus simplement : il s’agit des facs implantées dans les grandes villes. À croire que les petites villes ne savent pas dispenser des cours et transmettre un savoir…

En partant de ce postulat, un employeur ou un membre du jury dans une épreuve de concours peut très bien raisonner ainsi, faisant que votre cursus universitaire sera plus un poids à porter plutôt qu’un atout dans votre CV.

Mais rassurez-vous, tout le monde n’a pas la même opinion des “facs de province” (je déteste ce terme qui rappelle l’époque féodale) !

 

Pour l’avoir vécu, je pense sincèrement que si l’on n’arrive pas à faire un choix et qu’une faculté de proximité nous est plus accessible, s’inscrire dans une faculté d’une petite ville semble être la meilleure solution. Pourquoi ?

  Dans les “grandes facultés”

L’élément majeur est que dans les grandes Universités, les amphithéâtres sont bondés d’étudiants, qui, n’ayant plus de siège pour s’asseoir, doivent prendre les cours assis par terre dans les couloirs. Certes, l’élément numérique peut être un argument quelque peu anxiogène.

Au-delà, au regard du nombre d’étudiants présent sur un grand campus, la proximité avec le corps enseignant ne sera pas la même. Lors des cours magistraux, vous serez peut-être 1.000 étudiants à assister au cours, laissant que peu de place à la prise de parole pour poser une question à l’enseignant. De même, si vous souhaitez aller poser une question au prof’ à la fin du cours… Que nenni ! Des files d’attentes d’étudiants peuvent facilement se former devant la chaire de l’enseignant… Idem lors des travaux dirigés, les chargés de TD verront défiler des centaines d’étudiants au cours de la semaine, on peut donc comprendre qu’ils ne retiennent pas forcément l’ensemble des têtes qui passent devant eux, faisant que vous n’aurez peut-être pas la note d’oral escomptée…

Alors attention, le portrait des grandes facultés que je viens de dresser ci-dessus peut paraître totalement péjoratif, mais il ne l’est pas forcément ! Sont surtout ici recensés les points majeurs à connaître avant de s’inscrire dans une quelconque faculté. Chaque personne dispose de sa propre vision de vie, et des études ! 

En dehors des points abordés ci-dessus, commencer son cursus universitaire dans une grande fac vous permettra de vous mettre dans le bain dès le début, vous serez par exemple habitué au rythme de travail qui peut être légèrement plus soutenu que dans de petites facs, ou encore à une autonomie un peu plus poussée.

 

    Dans les “facs de province”

Dans les facs de petites villes, la question du nombre d’étudiants ne se pose pas. Tout au plus, vous serez 200 en première année de licence (ce nombre allant décroissant de jour en jour).

Niveau proximité avec le corps enseignant, on peut difficilement mieux faire ! Les cours magistraux étant dispensés à de petits groupes d’étudiants, il est facilement possible de poser des questions au professeur pendant le cours et/ou de poser des questions en fin de cours. Il en va de même pour les TD, où les chargés assureront de réels cours particuliers.

Au vu de cette fameuse proximité, je pense sincèrement que passer sa première année de droit, voire également la deuxième, est un atout considérable pour le dossier étudiant. 

Mais alors pourquoi, vu que ce ne sont “que des facs de province” ? Tout simplement parce que les enseignements de base, essentiels à la réussite de l’ensemble de vos années d’études, vous paraîtront peut-être plus limpides et abordables dans leur compréhension. Les introductions générales à différentes branches du droit ainsi que la méthodologie juridique seront certainement abordés sous différents angles, puisque la parole de l’étudiant entrera en compte lors de (presque) toutes les heures de cours. Dès lors, à travers différentes questions, l’ensemble de la promo’ abordera un œil différent vis-à-vis d’un sujet particulier.

En quoi cela aura-t-il un impact sur le dossier universitaire ? Tout simplement parce que, après avoir acquis des bases juridiques et méthodologiques solides, l’étudiant aura toujours à portée de mains les outils essentiels à la réussite d’un examen.

Rien ne vous empêche d’intégrer une “grande faculté” après la première et/ou deuxième année de licence ! Les amphithéâtres seront moins remplis et l’intégration d’une telle université vous facilitera peut-être l’entrée en Master après sélections.

Ainsi, vous aurez eu la chance d’être en petit comité lors de vos premiers semestres d’études supérieures, pour finir par exemple la licence dans une université plus “connue” au niveau national. Combo !

Le meilleur plan, est, je pense, de privilégier les antennes des facultés ! 

Le choix géographique

Lorsque l’on a passé des années entières dans la même ville et que l’on n’a pas envie de changement, il est parfois difficile de faire le choix de partir dans une autre ville, parfois plus grande que l’actuelle, pour faire ses études. D’autant plus quand on n’a pas envie de quitter ses proches tout de suite, ou si l’on a des responsabilités à assumer sur place.

Si vous êtes dans cet état d’esprit, je ne peux que vous conseiller de regarder les facultés les plus proches de chez vous, qui pourront par ailleurs se trouver être des facultés antennes. 

Au contraire, si vous souhaitez partir à la rencontre de nouvelles grandes villes, les années d’études seront l’occasion de changer de paysage !

Le choix géographique va souvent coïncider avec un autre choix : le choix économique.

Le choix économique

Trouver une Université proche du lieu où l’on vit déjà évitera non seulement un déménagement, mais aussi de payer un loyer (parfois plus élevé).

Si par exemple vous habitez dans un petit village, chez vos parents, dans une campagne qui ne connaît pas encore la fibre, même si vous contribuez aux courses ou au paiement des diverses factures de la maison, il sera difficile de rivaliser avec le prix des logements parisiens !

Choisir son Université devra donc être en adéquation avec le budget que vous souhaitez y consacrer, surtout lorsque l’on sait que l’on doit dépenser environ 7.000€ pour une année universitaire… ! Une fois encore, les facultés antennes se trouvant dans des petites villes, le coût de la vie sera moins élevé que dans les grandes villes. 

Pensez à vérifier si vous êtes éligibles aux bourses et/ou si vous avez accès aux logements étudiant cela pourra vous aider à financer vos années d’études !

Votre expérience

Et vous, quel a été l’élément déterminant dans votre choix de faculté ? Dites le nous en commentaire !



1 thought on “Comment choisir son Université ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − dix-huit =